lundi 8 novembre 2010

Conférence de presse UGTG


QU’EST-CE QUI SE CACHE REELLEMENT DERRIERE LE FICHAGE ADN



Une présomption suffit


Depuis trois ans, la LSI, Loi sur la Sécurité Intérieure de Nicolas Sarkozy, donne le droit à n’importe quel officier de police judiciaire, d’exiger un prélèvement ADN, non plus dans les affaires concernant les crimes et délits sexuels commis sur des mineurs de moins de 15 ans, comme c’était le cas à la création du fichier, mais dès qu’il y a présomption de culpabilité pour n’importe quel crime ou délit. Aujourd’hui, l’UGTG dénonce le règne de l’arbitraire : Elie Domota explique que dans ce nouveau cadre, l’officier de police agit « comme maître et seigneur », à la tête du client, sans avoir à demander l’autorisation au préalable ne serait-ce qu’au procureur ou à un juge.



Il était une fois le FNAEG


Une fois votre ADN prélevé, vous restez dans le FNAEG, Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, pendant 40 ans, un autre des progrès voulu par Nicolas Sarkozy ! Cela peut concerner tout le monde : un mot plus haut que l’autre avec un policier si vous êtes passés à l’orange, des parents d’élèves qui décident de cadenasser le portail de l’école de leurs enfants pour se faire entendre, le jeune qui est surpris en train de taguer, etc. Les mineurs ne sont pas épargnés par ces mesures, bien au contraire. Ainsi, un document du collectif Refus ADN, révèle entre autres choses que « selon des instructions hiérarchiques, le Procureur de la République de Créteil a demandé aux services de police du Val-de-Marne de convoquer tous les enfants âgés de plus de 13 ans, condamnés depuis le 1er octobre 2004 [soit trois ans avant que la LSI ne soit adoptée ! NDLR], afin de recueillir leur ADN ». Ainsi, un enfant de 13 ans ayant commis un petit larcin ou ayant cassé une vitre, se verra fiché jusqu’à ses 53 ans ! Bienvenus en Sarkozie.


Elie Domota, entouré des syndicalistes de l'UGTG poursuivis pour refus de se soumettre à un prélèvement ADN (photo FG)

1 mois de prison ferme, 15 000 euros d'amende


Si vous refusez, considérant que c’est une pratique humiliante, que vous n’êtes ni un violeur, ni un grand criminel, vous encourez une peine pouvant aller jusqu’à un mois de prison ferme assortie d’une amende d’un montant pouvant atteindre les 15 000 euros. Pour Gaby Clavier, secrétaire général de l’UTS-UGTG, quiconque est épris de justice devrait se retrouver dans ce combat contre une loi liberticide. Il rappelle l’article 1.6 du Code Civil : « chacun a droit à sa vie privée, le corps humain est inviolable ». Il semblerait que non content de démanteler sans relâche le Code du Travail, Nicolas Sarkozy ne fasse guère plus de cas du Code Civil…



Ça se corse...


L’UGTG qui a fait une déclaration commune sur le sujet avec des organisations syndicales de Nouvelle-Calédonie, du Pays-Basque et de Corse dénonce une « arme de répression massive » à l’encontre de tous ceux qui manifestent leur désaccord avec l’ordre établi. Alors que plusieurs militants et cadres de l’UGTG sont visés par des procédures pour refus de donner leur ADN, deux militants du STC, Syndicat des Travailleurs Corses, sont venus la semaine dernière en Guadeloupe apporter leur soutien et dénoncer cette loi « qui tend, à terme à ficher l’ensemble de la société, pour mieux la fliquer (…)» De fait, alors qu’ils étaient moins de 3000 en 2003, ils seraient aujourd’hui plus de deux millions à être ainsi fichés… Le cas des deux syndicalistes corses est révélateur. Pour les actes qui leurs étaient reprochés[1], Felix Dagregorio et Alain Mosconi n’ont pris que du sursis. Pour avoir refusé de donner leur ADN dans cette même affaire, ils ont écopé d’un mois de prison ferme !



Haro sur les syndicats


Exemples à l’appui, Elie Domota explique la façon employée par les forces dites de l’ordre en Guadeloupe. Si des syndicalistes se rassemblent devant une institution ou une entreprise, afin de demander par exemple à ce qu’une délégation soit reçue, arrive la police qui arrête un ou deux membres, de préférences des responsables. Comme l’entrave à la liberté de travailler ou de circuler qui leur a été reprochée ne peut être établie, et pour cause puisqu’il n’y en avait pas, ils sont blanchis pour ces faits. En revanche, comme ils auront refusé de donner leur ADN, ils seront tout de même condamnés. Rappelons que désormais la seule présomption de culpabilité suffit à exiger un prélèvement… Cela donne carte blanche à la police pour réprimer toute action syndicale, fusse-t-elle parfaitement légale. Qui plus est, après avoir été condamné une fois pour refus de donner son ADN, la police peut vous reconvoquer à tout moment pour exiger un nouveau prélèvement, avec les mêmes sanctions si vous refusez à nouveau d’obtempérer. De véritables mesures de harcèlement contre les syndicats, s’indigne encore Gaby Clavier !

Gaby Clavier (photo FG)

Du code noir à la LSI


On assiste donc à une grave remise en cause des libertés syndicales, dont font pour l’instant les frais les syndicalistes de l’UGTG Charly Lendo, José Naejus, Denis Dorvillius, ou Gaby Clavier, mais il faut savoir que cette nouvelle arme est utilisée par le gouvernement à l’encontre de tous ceux qui osent s’opposer à lui, à commencer par les faucheurs volontaires emmenés par José Bové, les manifestants anti-CPE ou ceux contre la réforme des retraites, etc. Aux Antilles, cette mesure a une résonance historique particulière. Elie Domota établit un parallèle avec le Code Noir[2] qui stipulait dans son article 38 : « L'esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois, à compter du jour que son maître l'aura dénoncé en justice, aura les oreilles coupées et sera marqué d'une fleur de lys sur une épaule ; s'il récidive un autre mois pareillement du jour de la dénonciation, il aura le jarret coupé, et il sera marqué d'une fleur de lys sur l'autre épaule (…) » C’est en effet en recourant à un marquage passant par corps que s’effectuait le fichage de ces nègres-marrons, rebelles car épris de liberté…



Vous avez dit lutte des classes ?


Au début de cet article, je précisais qu’était susceptible d’être soumis à ce prélèvement ADN quiconque était visé par une présomption de culpabilité pour n’importe quel crime ou délit. Ce n’est pas tout à fait exact. La loi prévoit en fait que sont « exclus du fichage les délits d’abus, de confiance, abus d’autorité publique, banqueroute ou favoritisme, c'est-à-dire les abus de biens sociaux, la corruption ou le trafic d’influence.[3] » Voici donc une loi de plus faite pour intimider et sanctionner tous ceux qui s’opposent au pouvoir même dans le respect de la légalité mais qui protège les grands délinquants, pas ceux qui volent une barre de chocolat ou une revue dans un magasin à 13 ans mais ceux qui détournent des dizaines voire des centaines de milliers d’euros appartenant à la collectivité, les fameux délinquants en col blanc. En terme de lutte des classes, l’extrême-gauche a de sérieuses leçons à recevoir de ceux qui sont à la tête de cette démocratie bourgeoise !


Etant donné le caractère inique et attentatoire aux libertés fondamentales de cette loi, l’UGTG exige en toute logique son abrogation pure et simple.


FRédéric Gircour (chien.creole@gmail.com)



" Quand ils sont venus chercher les communistes, Je n'ai rien dit, Je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, Je n'ai rien dit, Je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, Je n'ai pas protesté, Je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, Je n'ai pas protesté, Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher, Et il ne restait personne pour protester."

Martin Niemöller, pasteur allemand déporté en camp de concentration en 1941.


[1] Pour en savoir plus sur le détournement du Pascal Paoli, lire http://www.ldh-corsica.org/jahia/Jahia/pid/22

[2] Le Code noir est un ensemble de textes réglant la vie des esclaves noirs dans les îles françaises, en particulier l'ordonnance de soixante articles, portant statut civil et pénal, donné en mars 1685 par Louis XIV. (cf

[3] Document Refus ADN


14 commentaires:

Anonymous Le visiteur a dit...

rien trouvé comme message de solidarité avec les manifs contre la réforme des retraites en métropole sur le site de l'UGTG.

1 minute de silence.

9 novembre 2010 05:18  
Blogger Frédéric a dit...

Non par contre on y parle beaucoup de moi (2 articles dont celui-ci !) :D
Pour revenir à ton message, dans les meetings, Domota a rappelé à plusieurs reprises la solidarité des Guadeloupéens aux travailleurs en lutte de l'hexagone qui se battent contre une profitation de plus imposée par ce gouvernement. J'espère que ça te rassure !

10 novembre 2010 10:39  
Anonymous weniji a dit...

Le visiteur tu n'a pas bien cherché donc je vais t'aider


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

En soutien aux Organisations, aux travailleurs et la jeunesse française

Le LKP condamne fermement les agressions perpétrées par les forces de répression à l’encontre des Travailleurs français en lutte et particulièrement à l’encontre des jeunes, lycéens et étudiants.

Le LKP apporte son soutien militant aux organisations, aux travailleurs et à la jeunesse de France qui luttent pour leurs justes et légitimes revendications.

LKP invite les organisations des travailleurs, la jeunesse à poursuivre le combat jusqu’à la victoire finale.

Pour le Collectif LIYANNAJ KONT PWOFITASYON

Elie DOMOTA
Pointe-à-Pitre, le 15 Octobre 2010

http://ugtg.orgarticle_1285.html?var_recherche=retraite

10 novembre 2010 12:02  
Anonymous Le visiteur a dit...

qui c'est qui veut m'acheter ici dedans ?

alors là,
au lieu de dire LKP, je parlerai désormais carrément
de Lunkenprolétariat au service du buziness.

sinon pour le 23 novembre, comme d'habitude, hein
pas le même jour qu'en métropole surtout...

10 novembre 2010 22:12  
Anonymous Anonyme a dit...

Bien sûr que ces mesures sont illégales d'ailleurs en voici quelques preuves sous le lien suivant :
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article4164

13 novembre 2010 14:44  
Anonymous Le visiteur a dit...

au sujet du livre
LKP
Guadeloupe : le mouvement des 44 jours

1) faut pas prendre les gens pour des demeurés,
genre la grève générale, c'est ce que vous attendiez, la voilà ;
car vous n'êtes pas tout seuls à pérorer dans votre coin, soyez en certains.

On voudrait bien savoir ce qu'ils ont gagné
après cette grève historique !!!

et on sait que c'est : RIEN
la profitation continue, alors, on en remet une couche, on se rebiffe


2) Interrogation sur le LKP bienvenue , mouvement identitaire ?mouvement social ?
ça tombe bien, même si le mouvement social GUADELOUPEEN a été perçu comme un mouvement de libération, même si on reste majoritairement des gros niais de métropolitains sur le continent , n'est-ce-pas ,
ON SAIT QUAND MÊME VOIR QUAND C'EST JUSTE DES ORIPEAUX MARXISTES.

3) mais rien, toujours rien
sur l'UGTG
Qu'est-ce-que l'UGTG ?
Pourquoi l'UGTG
a pris la tête de la contestation ?

Vous nous prenez vraiment pour des paysans ou quoi ?

amitiés sincères en attendant la suite.

A BAS LA RÉPRESSION.

20 novembre 2010 03:17  
Anonymous Le visiteur a dit...

et nous sortez pas une suite sur l'Afghanisation de la Guadeloupe, parce que alors là !

( on va plus être d'accord du tout du tout )

à bon entendeur.

20 novembre 2010 03:58  
Blogger Frédéric a dit...

réponses au

1) comme je le répète souvent, la grève nous a permis de gagner sur beaucoup de points, je n'ai pas peur de parler de victoire historique. C'est la levée du rapport de force, en l'occurrence la suspension prématurée de la grève générale en mars 2009, qui a entraîné tous les reculs qu'avec toi je constate. Si le dialogue social et la raison ne servent à rien en Guadeloupe, et bien oui, il faudra finir ce qui a été commencé. Si ça veut dire reprendre une grève générale illimitée, car c'est la seule chose que le pouvoir comprend, et bien cette grève aura lieu

2)des oripeaux marxistes ? C'est vrai que la pensée et les analyses de Marx restent pertinentes sur bien des points pour comprendre le mode de fonctionnement de la Guadeloupe, entre autres. Pourquoi le nier ? Il y a d'ailleurs plusieurs organisations marxistes et pas des moindres au sein du LKP : le PCG, même s'il vient d'en sortir, Combat Ouvrier, etc.

3) Je pense que tu n'as que survolé mon bouquin. On répond très précisément à ces questions dans le bouquin. Je t'invite à le lire, relire. Quant à ton expression méprisante à l'égard des paysans, l'arrière-petit-fils de paysans que je suis préfère ne même pas la relever...

Enfin, pour ce qui est de l'Afghanistan de la Guadeloupe, j'en viens à me demander si tu ne serais pas un peu surmené ces temps-ci, cher visiteur... ;-)

26 novembre 2010 19:33  
Anonymous Le visiteur a dit...

Bonjour Frédéric Gircour

il est vrai que la fin de mon commentaire est bâclée; mais j'ai lu le livre et la partie sur les racines du LKP et ce qui concerne les luttes anti-coloniales aussi.

j'ai bien vu qu'il y avait des organisations marxistes au sein du LKP.
je n'entends pas dire que seuls les marxistes doivent être les maîtres.
Je dis simplement que la grille de lecture marxiste est la plus claire pour affronter un pouvoir qui ne comprend effectivement que la force :
des brutes anti-sociales, inhumaines voire criminelles.

Or, le LKP a pris pour question centrale :
la relation coloniale à la métropole.
Ce qui fait que ça vire à l'affaire communautaire.
L' UGTG, c'est du nationalisme noir.
Ils expliquent tout par le colonialisme.
ils affichent leur anti-racisme
mais ils amalgament facilement tous les blancs
et ils ont l'art d'entretenir un rapport complexé
pour imposer leurs valeurs.

Voilà ma version
une version, disons, un peu dépaysante
car ceux qui se la jouent, éternelles victimes surexploitées,
de ma part , ça correspond à une aversion profonde
pour les cossards, les veules.

27 novembre 2010 00:05  
Anonymous Anonyme a dit...

Cher chien créole, sais-tu que tes amis de l'UGTG sont les principaux acteurs de la pwofitation ? J'ai eu souvent l'occasion de discuter avec des membres de l'UGTG et je t'avoue que j'ai été très choqué quand j'ai appris que l'UGTG avait accepté de faire couler des entreprises moyennant rémunération de la part de grand groupe béké, ceci dans le but de couler la concurrence et donc d'assoir leurs monopoles....
Ne trouves tu pas hypocrite d'agir de la sorte et de venir par la suite dénoncer les monopoles ?????

29 novembre 2010 12:41  
Blogger Frédéric a dit...

Cher... Anonyme,

Si ce que tu avances était étayé par l'ombre d'une preuve, ça pourrait m'intéresser. En attendant et sans vouloir te manquer de respect, les "on m'a dit" colportés par des anonymes, je trouve qu'il n'y a vraiment pas de quoi fouetter un chat. Bien à toi,

FG

30 novembre 2010 02:07  
Blogger Frédéric a dit...

Par contre je peux te recommander des sites comme Domactu, Domotarchie ou liyannaj Kont Domota et autres scutateurs. Eux prennent toutes les rumeurs d'où qu'elles viennent du moment qu'elles soient anti-LKP et si en plus c'est anti-UGTG, alors ils vont t'adorer. Non, non, là, personne ne te demandera de justifier un minimum ce que tu avances, c'est le grand avantage. :D Ne me remercie pas, c'est tout naturel. :-)

30 novembre 2010 02:12  
Anonymous Le visiteur a dit...

je vais rajouter un truc à destination de l'anonyme , si vous le permettez Frédéric Gircour :

dis anonyme, oublie pas que en Guadeloupe, le lumpenproletariat, c'est les Haïtiens.
oh hé hein bon...

1 décembre 2010 03:06  
Anonymous patrice bardet a dit...

de ce fichage, peu de monde semble s"en inquiéter.

Et pourtant, comme souligné dans l'article, il vise très large, sauf... la délinquance patronale

Le 3 mai, en métropole, ce sera le tour de Xavier Mathieu, syndicaliste CGT des ex-Conti

Une manifestation est prévue le 3 à Compiègne (11 h à la gare)

bon courage aux camarades du LKP

Solidarité !

17 avril 2011 21:44  

Enregistrer un commentaire

Attention, la teneur de vos commentaires ne saurait engager la responsabilité de l'administrateur de ce blog. Les messages anonymes encourent le risque d'être supprimés, ainsi que les messages insultants, diffamatoires, racistes ou incitant à la haine. Pas de pub non plus. Merci à tous !

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil