lundi 19 octobre 2009

Gagner du temps

14 OCTOBRE 2009 : UN RENDEZ-VOUS MANQUÉ DE LA GUADELOUPE AVEC SON HISTOIRE


1° Repartir


- Depuis la signature des accords du 4 mars, et la suspension de la grève générale, l’Etat a clairement démontré qu’en dehors de toute pression sociale, il n’était pas disposé à honorer ses engagements vis-à-vis des Guadeloupéens. C’est cette attitude qui rend la reprise de la grève générale inéluctable. Dans ce contexte, le LKP n’a pas ménagé ses efforts depuis septembre, pour remobiliser sa base : en plus des assemblées générales dans les entreprises, bik a pawols et meetings se sont succédés à un rythme soutenu dans les différentes communes de Guadeloupe. Le point d’orgue de cette mobilisation a été la manifestation du samedi 3 octobre, qui a fait la preuve de la large assise sociale que continue à avoir le LKP.


- Au cours d’une conférence de presse donnée le 2 octobre, Elie Domota dévoilait le revirement stratégique opéré par le LKP (voir article http://chien-creole2.blogspot.com/2009/10/conference-de-presse-du-lkp.html). La perspective d’une reprise de la grève générale et la création d’un vaste "front patriotique" regroupant LKP, élus et patrons signataires de l’accord Bino, a conduit Marie-Luce Penchard à se rendre précipitamment aux Antilles. Elle a reçu en urgence une délégation du LKP mais quelle marge de manœuvre peut bien avoir la fille de Lucette Michaux-Chevry, l’indéboulonnable figure de proue de la droite guadeloupéenne ? On a du supposer à l’Elysée qu’une Guadeloupéenne ferait mieux passer la pilule qu’un Yves Jégo mais c’est Sarkozy et son ministre de l’Outre-mer, le désopilant Brice Hortefeux, qui mènent la danse... Elle a tout de même obtenu que le LKP et le préfet Nicolas Desforges se rencontrent dans le cadre d’une commission de suivi le 14 octobre.


- Pour Elie Domota, interrogé par Chien Créole, la trentaine de points sur 146 que l’Etat se targue d’avoir honoré correspondent à des points déjà stipulés dans la LOEDOM, Loi pour le Développement Economique de l’Outre-mer, qui avait été promulguée avant le mouvement social. Le préfet n’ayant rien d’autres à offrir que ce bilan et de nouvelles promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, on pouvait légitimement s’attendre à ce que le LKP appelle à la reprise de la grève générale à l’issue de cette réunion. Après une dernière chance accordée à l’Etat de se ressaisir, c’eut été le point d’orgue d’un crescendo orchestré depuis la rentrée. Il n’en a rien été. Au terme de quatre heures d’entretien, chacun est ressorti se disant plutôt satisfait et en soulignant la nécessité de se revoir rapidement. De quoi déconcerter les militants de base !



2° Le cauchemar de Sarkozy


Agitation des mamblos (photo FG - 23 juin 2009)


- La volonté de tempérer de la part du LKP peut s’expliquer en partie par l’arrivée de centaines de gendarmes mobiles sur l’archipel (logés aux frais de la préfecture, donc du ministère de l’intérieur, donc avec nos impôts, dans des hôtels de luxe sur le Gosier ou des résidences sur St Claude). A ce propos, on en sait un peu plus sur les menaces dénoncées par Jean-Marie Nomertin lors du meeting du 9 octobre (voir l’article : http://chien-creole2.blogspot.com/2009/10/menaces-sur-le-lkp.html). Elles sont de deux ordres :

Des jeunes sont venus trouver Jean-Marie Nomertin pour le prévenir qu’on leur avait proposé de l’argent pour se livrer à des provocations violentes dans la grande rue commerçante de Pointe-à-Pitre. Dans un second temps, des policiers sympathisants du LKP (et il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit) ont fait part à Domota d’éléments entendus dans leurs brigades, comme quoi, cette fois, il y aurait carte blanche pour réprimer le mouvement, y-compris dans le sang afin d’empêcher à tout prix qu’il ne reparte. Si la première menace semble avoir été réelle ; la seconde s’apparente plus à une manipulation policière pour intimider les militants.



Quoiqu’il en soit, même si ça ne relève que d’intimidations, ça démontre une certaine fébrilité de la part du pouvoir. Le fait de recourir à de telles méthodes nous indique qu’il semble prendre très au sérieux l’éventualité d’une reprise du mouvement et qu’il la redoute.


- Il faut dire que le gouvernement est empêtré dans toutes sortes de scandales [l’affaire Polanski puis l’affaire Mitterrand, les accusions de népotisme autour de la probable nomination d’un gamin de 23 ans (qui redouble sa 2ème année de fac) à la tête de l’organisme qui gère l’un des plus grands centres d’affaires européens, etc…] et n’a vraiment pas besoin d’un nouveau front qu’il ne saurait pas gérer. Et puis, au-delà des Antilles à proprement parler, il s’agit pour la droite dure qui nous gouverne aujourd’hui, de rappeler à l’opinion publique de l’hexagone que "ce n’est pas la rue qui gouverne". Il s’agit d’éviter à tout prix que la Guadeloupe ne devienne un exemple concluant pour le mouvement social français. S’il y a en effet un scenario cauchemardesque que Nicolas Sarkozy ne veut pas voir se réaliser, c’est que le modèle LKP fasse des émules en métropole et que les travailleurs et la population s’unissent par-delà les clivages des partis, des centrales syndicales, etc., pour porter leurs revendications sociales dans un mouvement déterminé. Le LKP doit donc être synonyme d’échec. La question est de savoir jusqu’où le gouvernement est-il prêt à aller pour éteindre un début d’incendie dont il redoute la propagation ? Une chose est sûre, avoir recours à une répression sanglante, équivaudrait à vouloir éteindre les flammes avec du rhum, pour employer une image locale.



3° Trouver un nouveau langage


- Le gouvernement cherche donc à gagner du temps dans l’espoir que le mouvement se dégonflera tout seul, de guerre lasse. C’est bien connu, l’antillais est sanguin, impulsif mais il a bon fond et il peut se calmer aussi vite qu’il ne s’est échauffé n’est-ce pas ? Mais le LKP n’a-t’il pas intérêt lui-aussi à jouer la montre ? Si beaucoup sont prêts à repartir, il faut reconnaître que ce n’est pas encore le cas d’une part considérable de la population. Le LKP veut se donner le temps de convaincre car il sait que sa légitimité et sa force reposent sur son soutien populaire et que, comme avant le 20 janvier 2009, un mouvement d’une telle ampleur se prépare. Les meetings continuent donc à s’enchaîner comme si de rien n’était depuis le 14 octobre.


- Seulement, que constate t-on pendant ces prises de parole ? Je caricature mais pour l’essentiel les orateurs dénoncent les manquements de l’Etat et du grand patronat sans tenir compte du fait que ce constat est déjà partagé par la grande majorité de la population. L’un des obstacles importants à la reprise réside dans le fait que certains considèrent que ce bilan signe une défaite du LKP, ce qui ne les incite pas à recommencer un nouveau mouvement. Le LKP dans cette nouvelle phase préparatoire qu’il s’accorde, saura t-il réinsuffler à ceux-là l’enthousiasme et la confiance perdue en la capacité d’obtenir gain de cause ? Trouvera t-il les mots pour faire comprendre qu’on ne peut parler de défaite alors que la grève générale n’a été que suspendue et qu’il a toujours été dit que si les signataires ne respectaient pas leurs engagements, celle-ci reprendrait pour les y contraindre ? Parviendra t-il à faire comprendre qu’on ne peut dresser un bilan aussi péremptoire alors qu’on est seulement à mi-course et que la défaite, ce serait de renoncer à ce stade, de baisser les bras près du but. Au jour d’aujourd’hui, ce travail sur la perception des événements passés et leur articulation logique avec ceux à venir a été insuffisamment faite.



4° Ce que le LKP attend


- En attendant, le LKP a répété au préfet les sujets qu’il considère comme essentiels et qui n’ont toujours pas obtenu de réponse satisfaisante : l’accord Bino, la formation pour les jeunes en difficulté, les discriminations, l’essence, les minimas sociaux, les handicapés, l’eau, les prix, etc. « Nous considérons ces sujets comme essentiels car ils sont de ceux qui changent concrètement la vie des gens, affirme Elie Domota, interrogé par Chien Créole. Pour ce qui est des prix, nous avons averti le préfet qu’on ne se contenterait pas d’avoir la transparence sur la formation des prix. Ça reviendrait à nous dire "voilà comment on vous couillonne" sans remettre en cause l’essentiel. Nous nous battons pour l’arrêt de la profitation et nous en sommes encore loin.


Jean-Marie Nomertin et Elie Domota, dirigeants respectifs de la CGTG et de l'UGTG (photo FG)


- L’autorité de la concurrence reconnaît qu’il y a concentration illégale avec notamment une famille qui détient plus de 40% de la grande distribution, des ententes illicites, des marges arrières non redistribuées, etc. Il faut que tout ça cesse, mais nous avons compris que l’autorité de la concurrence est là pour défendre la concurrence, pas les usagers. Elle n’a pas les moyens coercitifs de faire plier les grands distributeurs. Le porte-parole du LKP poursuit : de fait, la seule réponse que le gouvernement entend apporter c’est l’introduction de concurrents, mais nous sommes un petit territoire, avec seulement 1600 km² ; nous avons déjà des Carrefours, des Leader Price, des Cora, et j’en passe. Nous n’avons pas vocation à devenir un nouvel Hong Kong ! Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas d’encore plus de supermarchés mais de lois qui nous protègent. Il faut que les prix soient réglementés d’une façon ou d’une autre, et pas seulement ceux dits de première nécessité mais globalement ceux qui concernent l’alimentaire et l’hygiène.


- Et qu’on ne nous dise pas que la France fait partie de l’OMC, de l’Union Européenne, et que l’on ne peut pas faire ça ; ce n’est pas notre problème. » Je lui demande s’il entend par là qu’un changement de statut pourrait permettre à la Guadeloupe d’avoir un régime dérogatoire sur ce sujet. « On veut nous présenter le changement de statut comme la solution en soi à nos problèmes. C’est une erreur. Nous disons que des problèmes sont posés. Commençons par trouver les solutions qui pourraient les résoudre et il sera temps alors, si la population le souhaite, de choisir un autre statut qui nous permettra de les appliquer efficacement. Là, on veut nous faire mettre la charrue avant les bœufs. »


FRédéric Gircour (chien.creole@gmail.com)



41 commentaires:

Anonymous le visiteur a dit...

à propose de ce passage :
"- Il faut dire que le gouvernement est empêtré dans toutes sortes de scandales [l’affaire Polanski puis l’affaire Mitterrand, les accusions de népotisme autour de la probable nomination d’un gamin de 23 ans (qui redouble sa 2ème année de fac) à la tête de l’organisme qui gère l’un des plus grands centres d’affaires européens, etc…] et n’a vraiment pas besoin d’un nouveau front qu’il ne saurait pas gérer."

à mon avis, c'est pas que le gouvernement est empêtré
il a au contraire encore beaucoup de cons pour le suivre
et personne en face pour s'opposer
A sa place, je ne me gênerais pas...


à propos de ce passage :
"- Seulement, que constate t-on pendant ces prises de parole ? Je caricature mais pour l’essentiel les orateurs dénoncent les manquements de l’Etat et du grand patronat sans tenir compte du fait que ce constat est déjà partagé par la grande majorité de la population"

là encore, il faudrait donc que tu casses toute ambiguïté
ETAT = choix politique de classe
dans le contexte, c'est pas des orateurs qu'il faut
s'ils raisonnent en termes de victoire ou de défaite du LKP
ça prouve que ils mettent le peuple en guerre
et que dans cette guerre, ce sont les plus démunis qui trinquent
comme on l'a vu pendant les 44 jours
un mouvement bien cadré
mais qui a fait souffrir la population
les obliger à faire le bilan du LKP là-dessus
l'exiger au lieu de laisser les dirigeants syndicaux
poursuivre leurs négociations à huis clos.

le gouvernement, on sait bien
la Guadeloupe est pour lui une préoccupation lointaine
et il serait ravi de lourder la Guadeloupe
Oublie pas ça
l'UGTG aussi s'y prend à l'envers pour protéger la population
c'est lui aussi qui met la charrue avant les boeufs

20 octobre 2009 à 01:41  
Anonymous chabin a dit...

parfaitement, c'est pas parce que on a un gouvernement pourri qu'on doit faire pareil
on doit pas faire comme lui si on dénonce ce qu'il fait !

20 octobre 2009 à 04:03  
Anonymous l'enfant de 3 ans a dit...

"Des jeunes sont venus trouver Jean-Marie Nomertin pour le prévenir qu’on leur avait proposé de l’argent pour se livrer à des provocations violentes dans la grande rue commerçante de Pointe-à-Pitre. Dans un second temps, des policiers sympathisants du LKP (et il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit) ont fait part à Domota d’éléments entendus dans leurs brigades, comme quoi, cette fois, il y aurait carte blanche pour réprimer le mouvement, y-compris dans le sang afin d’empêcher à tout prix qu’il ne reparte"


Dis le que tu nous prend pour des crétins !
alors suffirait qu'on nous paie pour qu'on s'attaque aux flics ?
et il suffirait que Domota nous raconte des conneries pareilles pour qu'on se couche ?

20 octobre 2009 à 05:27  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur : "ETAT = choix politique de classe
dans le contexte, c'est pas des orateurs qu'il faut
s'ils raisonnent en termes de victoire ou de défaite du LKP
ça prouve que ils mettent le peuple en guerre
et que dans cette guerre, ce sont les plus démunis qui trinquent
comme on l'a vu pendant les 44 jours"

Que de raccourcis mon cher visiteur. Alors, pour te répondre, le LKP n'est pas un parti mais le nom qu'a pris le front qui regroupe tous les mouvements, assocs, partis, syndicats, progressistes de Guadeloupe. Ils ont établi une plateforme de revendications, où ceux qui ont tout à gagner sont les petits. De fait, ce sont essentiellement les petits qui ont porté ces revendications dans la rue; c'est bien qu'ils s'y reconnaissaient et qu'il y avait une fusion entre la population et le LKP qui est son émanation. Il ne s'agit donc pas de guerre (le LKP avait suspendu la grève générale une fois que le dialogue a été rendu possible) mais simplement de faire en sorte que l'Etat respecte les engagements qu'il a pris vis-à-vis des Guadeloupéens, comme je l'écris. Si tu as une méthode plus efficace, je t'en prie, fais nous en part. :)

20 octobre 2009 à 14:36  
Blogger Frédéric a dit...

Tjrs @ visiteur : tu écris "laisser les dirigeants syndicaux
poursuivre leurs négociations à huis clos".

2 observations :
- Déjà, j'ai bien pris soin de préciser qu'au côté des meetings, il y a les assemblées générales qui donnent la parole aux travailleurs dans les entreprises et les bik à pawol qui comme leur nom l'indiquent donnent la parole au citoyen dans les quartiers et déclenchent des échanges avec les dlégués du LKP.
- Ensuite, le LKP a demandé à ce que la rencontre avec ML Penchard soit télévisée. C'est cette dernière qui a refusé catégoriquement. C'est un peu gros de faire le reproche du huis-clos au LKP.

Enfin, @ l'enfant de 3 ans. Déjà je n'ai jamais parlé d'attaques contre la police mais de violences dans la rue Frébault qui AURAIENT déclenché une répression policière. Là où tu as raison c'est qu'en effet, les gens ne font jamais de conneries pour de l'argent, ça se saurait ! Toutes mes excuses donc. Quant à savoir si tu dois te coucher ou pas, à mon avis, à ton âge, tu devrais déjà être au lit depuis longtemps ! ;)

20 octobre 2009 à 14:47  
Anonymous le visiteur a dit...

merci pour ta réponse
t'as pigé que j'étais pas en train de démolir ton billet mais d'y réflèchir avec toi .
je te répète :

- revendiquer une hausse des salaires est légitime.
ça faisait trop longtemps que partout en France les syndicats avaient abandonné cette lutte en même temps que le syndicalisme de classe.
mais le LKP, ça reste ambigu car finalement, le pouvoir économique détenu par les békés n'est pas mis à mal.
Alors pourquoi ce serait toujours de la faute qu'à l'Etat si ce n'est que cet Etat est un choix politique de classe ?

- Tu me dis que le LKP a demandé une rencontre télévisée
c'est mauvais
alors tu me dis là que le LKP en redemande de la dictature capitaliste assistée par la télévision
c'est Berlusconi qui est derrière ?
grave erreur
c'est totalement surfait.

je t'invite donc à poursuivre ton enquête
est-ce que ces assemblées générales dont tu me parles dans les entreprises sont décrétées par les dirigeants où par les travailleurs eux-mêmes ?
on n'a pas à donner la parole à
ce sont les travailleurs qui doivent prendre la parole

tu devrais pourtant comprendre qu'en France, c'est le même cas de figure
il y a un front de gauche qui empêche le front populaire
un front populaire, c'est pas une convergence à tout prix de toutes les organisations ; autrement dit, c'est pas un mouvement institutionnel

et je te rappelle que le LKP laisse les petits sur le carreau, contrairement à ce que tu dis,
s'il fallait demander une augmentation de salaire, fallait la demander pour tous
et pour les non ou non encore salariés, les futurs esclaves du monde du travail, faut les affranchir des orgas qui les brident et des békés !

ma réflexion reste centrée sur les soins à apporter à la population guadeloupéenne, pas sur la construction d'un appareil mortifère.

Voilà pourquoi je tente avec toi de rompre le silence.
Dans ta logique, c'est la population qui a à rendre des comptes au LKP
dans ma logique, c'est l'inverse
je répète : l'inverse
trop facile de faire de l'Etat, le bouc-émissaire

Gwadloup an nou.

21 octobre 2009 à 00:06  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur : t'inquiète pas, j'aime bien la contradiction, ça enrichit le débat !
Pour te répondre:

- "mais le LKP, ça reste ambigu car finalement, le pouvoir économique détenu par les békés n'est pas mis à mal." (attention aux raccourcis, disons les békés au sein du grand patronat, tous les békés ne sont pas dans cette position, y a des profs, des architectes, et j'en passe !)
D'abord, j'avais bien précisé qu'il s'agit d'un choix stratégique à un moment précis du mouvement. Mais si l'on y réfléchit : c'est l'accord d'extension de l'accord Bino promulgué par le gouvernement (représentant de l'Etat, hélas) qui stipule que l'augmentation de salaire de 200 euros ne durera que 3 ans avec l'aide de l'Etat et des collectivités locales (nos impôts)et que les patrons n'ayant pas signé la 1ère mouture seront exemptés de les payer ensuite... C'est encore l'Etat qui ne respecte pas les termes de l'accord concernant le calcul des ayant-droits alors que souvent les patrons payent leur part ! Un comble !!! D'ailleurs à ce sujet, Domota m'a dit avoir mis ses avocats et juristes sur le coup, on devrait en réentendre parler. Enfin, c'est l'Etat qui a la possibilité légale de condamner notamment les concentrations illégales dans l'import et la grande distribution. Je suis d'accord sur le fait que ça ne va pas encore assez loin, mais les Guadeloupéens sont-ils prêts à reprendre la révolution française là où on l'a terminée pour en finir avec ces privilège hérités de temps obscurs? Pas sûr ;) ...

-"alors tu me dis là que le LKP en redemande de la dictature capitaliste assistée par la télévision
c'est Berlusconi qui est derrière ?
grave erreur
c'est totalement surfait." On a eu 4 jours de débats télévisés, en direct et sans censure au début du mouvement. Je te rappelle que ça a été un electro-choc pour la population et que bon nombre de pratiques ont été mises à jour. L'adhésion au mouvement n'aurait pas été si forte sans ça, je te le garantis. C'est idiot de jeter le bébé avec l'eau du bain, sauf ton respect, la télé comme internet est un outil. Au main de Berlusconi, ça donne le pire, mais ça peut aussi contribuer à la transparence que tu appelles de tes voeux.

- "les entreprises sont décrétées par les dirigeants où par les travailleurs eux-mêmes ?
on n'a pas à donner la parole à
ce sont les travailleurs qui doivent prendre la parole" Beau discours auquel j'adhère à 200% mais déjà le LKP ne décrète pas les assemblées, il appelle aux assemblées. Ensuite il faut savoir que politiques et médias en face véhiculent toutes sortes de messages pour démobiliser la population. Il faut prendre le taureau par les cornes. Je te renvoie à ce que j'écrivais par ailleurs sur ce que j'estime être le modèle LKP et je pense que tu en seras d'accord :"que les travailleurs et la population s’unissent par-delà les clivages des partis, des centrales syndicales, etc., pour porter leurs revendications sociales dans un mouvement déterminé." Pour moi le LKP n'est que l'outil qui permet ça, pas un appareil, ni un parti.

21 octobre 2009 à 03:32  
Blogger Frédéric a dit...

Tjrs @ visiteur :
- "et je te rappelle que le LKP laisse les petits sur le carreau, contrairement à ce que tu dis" Les laisser sur le carreau se serait renoncer aujourd'hui et leur dire vous avez fait ça pour rien, aujourd'hui on n'assume pas notre responsabilité, rentrez chez vous ou démerdez-vous sans les délégués, on retourne à nos pénates. C'est impossible et tu le sais bien. Mais en face, ils font bien leur boulot et convainquent que tout effort est vain, qu'ils se sont fait rouler, qu'on ne peut pas changer les choses. C'est pas contre la population qu'on se bat mais contre ce sentiment d'impuissance qui gagne du terrain. D'où pour moi l'échec du 14 octobre.

-"s'il fallait demander une augmentation de salaire, fallait la demander pour tous" Ok, l'augmentation de salaire va jusqu'à 1,6 fois le SMIC et concerne bien au-delà des 200 euros ! Relis l'accord Bino. D'autre part, le LKP (relis-moi) se bat toujours pour une vraie revalorisation des minimas sociaux (chômeurs, retraités, etc), point que le gouvernement (Etat) a bien pris soin d'éviter contrairement à ses engagements jusqu'à aujourd'hui et que le LKP n'a pas manqué de rappeler au préfet !

- "la construction d'un appareil mortifère" Il est bon d'être vigilant mais très honnêtement, je ne perçois pas du tout le LKP comme un appareil, pour moi le LKP c'est le nom qu'on donne à tous les mouvements progressistes de la société civile guadeloupéenne unis pour faire aboutir des revendications sociales et politiques légitimes (même s'il ne va pas assez loin dans la remise en cause; n'empêche, ça permet déjà d'avancer dans les consciences et sur le terrain).

J'espère avoir répondu à tes inquiétudes :) à +

21 octobre 2009 à 03:33  
Anonymous le visiteur a dit...

je te remercie pour tes réponses

j'accepte de rester dans la position de quelqu'un qui est moins politisé que toi
mettons que je suis comme les gens qui achètent des merdes au supermarché
et que nous ne parlons pas le même langage
en un mot, que mon discours politique n'est pas clair


penses-tu que je serais capable de partager tes analyses ?
est-ce que tu penses que c'est de ma faute ou de celle des dirigeants :
- la gestion lamentable de la grève ?
- les revendications racistes ?
- les amalgames nauséeux dans les revendications ?

qui c'est qui a besoin d'être rassuré là ?
moi ?
ou est-ce que c'est qu'on se rassure et qu'on repart ?

21 octobre 2009 à 04:52  
Anonymous le visiteur a dit...

suite de mon appui critique et conflictuel :

à titre d'exemple :
je prends le France Antilles
et je vois : agents en grève- Mairie fermée à Basse-Terre

Pourquoi voit-on cela en Guadeloupe ?

21 octobre 2009 à 10:08  
Anonymous l'enfant de trois ans a dit...

parfaitement
je l'ai lu l'article du France Antilles
ils se la jouent à l'afghane !
pas moyen de m'inscrire à l'état civil depuis 3 ans !
Vous trouvez ça normal M'sieur Gircour
et si je leur balançais une grenade ?

22 octobre 2009 à 01:19  
Anonymous Séb a dit...

Pourquoi continuer avec ces complots chimériques qui viseraient le LKP...

Oui, la population ne suit plus autant le mouvement qu'en début d'année... et qui les blameraient ?!

Ce n'est pas une raison pour mentir.

22 octobre 2009 à 15:18  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur : "penses-tu que je serais capable de partager tes analyses ?
est-ce que tu penses que c'est de ma faute ou de celle des dirigeants :
- la gestion lamentable de la grève ?
- les revendications racistes ?
- les amalgames nauséeux dans les revendications ?"

Je ne sais pas si tu serais capable de partager mes analyses mais je trouve que tes allégations manquent singulièrement d'arguments. - - Sur quoi te bases-tu pour estimer que la gestion de la grève a été lamentable ??? Pas exempte d'erreurs, c'est certain, j'en ai d'ailleurs dénoncé quelques unes, mais je trouve cette gestion au contraire globalement très intelligente.

- De quelles revendications racistes parles-tu ? Il me semble au contraire que le LKp se bat pour lutter contre les discriminations existantes, et pour que la diversité ethnique qui est la réalité de la Guadeloupe se retrouve à tous les échelons de l'échelle sociale. Il faut être aveugle ou d'une mauvaise foi sidérante pour ne pas voir que le système actuel reproduit le schéma colonial et que la répartition des responsabilités et des richesses sur l'île correspond basiquement à une division raciale de la société. L'élite richissime et toujours représentée par les descendants d'esclavagistes alors que le sous-prolétariat et toujours constitué par les descendants d'esclaves. ça me parait contraire à l'esprit républicain et ça fait bondir l'antiraciste que je suis. Il faut en effet donner un coup de pouce aux plus défavorisés pour en finir avec l'organisation raciale qui prévaut encore. Je ne vois rien là de choquant, même si comme je l'ai écrit, la revendication concernant la priorité d'emploi pour les Antillais gagnerait à voir préciser "à compétence égale" ! En revanche nier les problèmes et défendre un système raciste me semble relever du racisme.

- Les amalgames nauséeux? A quoi penses-tu? Là, il faut éclairer ma lanterne !!!

22 octobre 2009 à 17:55  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur : "agents en grève- Mairie fermée à Basse-Terre";
Je sais qu'il y a une grève mais j'avoue ne pas en connaître les tenants et les aboutissants. Si j'en crois l'Enfant de trois ans, c'est un mouvement vieux de trois ans, ce n'est donc pas le fait du LKP.

@ l'enfant de 3 ans : "je l'ai lu l'article du France Antilles
ils se la jouent à l'afghane !
pas moyen de m'inscrire à l'état civil depuis 3 ans !
Vous trouvez ça normal M'sieur Gircour
et si je leur balançais une grenade ?"

Si tu l'as lu dans France Antilles, alors, ça doit être vrai et forcément très objectif. Puisque tu m'interroges poliment, je trouve fou qu'un conflit social ne trouve pas de solution en trois ans mais je trouve ça révélateur du dialogue social tel qu'il se vit en Guadeloupe. Quoiqu'il en soit, je trouve ça néanmoins moins grave que de proférer des menaces d'attentat et d'inciter à la violence, bien caché derrière l'anonymat d'un pseudonyme...

22 octobre 2009 à 18:07  
Anonymous l'enfant de trois ans a dit...

t'es blanc, Man
t'y peux rien
arrête de faire de l'humour noir !

23 octobre 2009 à 01:48  
Anonymous le visiteur a dit...

à Seb

je maintiens, le discours politique de Frédéric Gircour est clair.
Un discours politique vise à une gestion collective des problèmes.
A un moment donné, il faut taire ses dissensions, sinon, il n'y a pas de mouvement possible.

à l'enfant de trois ans
tu es comme les commentateurs du france antilles : tu te défoules
anonymement
cela relève de la psychologie de masse. An pa grav

à Frédéric Gircour
je comprends que tu ne souhaites pas qu'on étale ici , des choses qui relèvent de l'intérieur du LKP et qui n'ont pas à être exposées publiquement.
je le comprends et c'est légitime.
simplement, d'un point de vue individuel, j'ai dit ce que j'avais à dire, même si le mouvement guadeloupéen ne me concerne pas directement.
Je te remercie.
Bonne continuation pour ton blog.
Bon courage au LKP.

23 octobre 2009 à 02:16  
Blogger cdrhum a dit...

Fred ! Quelle patience tu as pour dialoguer ainsi avec de courageux anonymes qui n'ont de cesse de critiquer le LKP que dans le seul but de cacher leur propre inactivité et leur esprit social-démocrate...
(Il faut dire que tous ceux qui partagent ton point de vue ou tout au moins qui apprécient ton travail ne viennent pas le dire !

Ben moi, je le fais !

Claude Deloume

23 octobre 2009 à 10:01  
Anonymous le visiteur a dit...

t'as raison cdrhum

Le mal c'est l'informatique
c'est ça le démon !

demande aux gens qui reçoivent des lettres d'insultes automatiques des ANPE et des entreprises

va-y continue, c'est Friday Fever
avec la permission de Fred, bien sûr

23 octobre 2009 à 11:29  
Anonymous l'enfant de trois ans a dit...

à cdrhum :

je t'ai pas attendu, OK ?!!!
indépendant depuis la naissance !

23 octobre 2009 à 12:32  
Anonymous SA a dit...

Depuis l'temps que j'l'attends
que j'l'attends
mon prince charmant, euh...

23 octobre 2009 à 12:47  
Anonymous Docteur Merdaval, gériatre a dit...

à Seb

quand je vois le LKP à la télé, ça ne me fait pas envie.
si c'est eux qui sont chargés de faire advenir l'Histoire,
vous avez raison, il vaudrait mieux inventer autre chose.

24 octobre 2009 à 06:28  
Anonymous l'inventeur du kit de dépistage de la dengue a dit...

je suis un escroc et je tiens à le dire
je suis venu me flageller ici

moi , dont les analyses complémentaires ont été financées par la région Languedoc-Roussillon,
je voudrais vous le dire :
ne l'achetez surtout pas , le kit de dépistage de la dengue
quand on a la dengue, on s'en aperçoit vite !

24 octobre 2009 à 07:42  
Blogger thé a dit...

Grève en général

24 octobre 2009 à 08:49  
Blogger Frédéric a dit...

@ l'enfant de trois ans :
"t'es blanc, Man
t'y peux rien
arrête de faire de l'humour noir !"
Je suis sensé rire jaune ? Heureusement qu'il reste la blague raciste pour ceux qui sont à court d'arguments. ;)

Au docteur Merdaval, gériatre :
"quand je vois le LKP à la télé, ça ne me fait pas envie.
si c'est eux qui sont chargés de faire advenir l'Histoire,
(...) il vaudrait mieux inventer autre chose."
Le manque d'arguments chez un auto-désigné enfant de trois ans, ça ne me surprend pas vraiment; un peu plus chez un médecin qui est censé avoir fait quelques études. Il serait intéressant de dépasser le stade des j'aime / j'aime pas; pour rentrer dans une véritable critique. Vous pourriez commencer par nous décrire ce qui vous déplaît tant quand vous voyez le LKP derrière votre télé et poursuivre en nous donnant des pistes sur ce que selon vous on devrait inventer de différent.

@ le visiteur : "je comprends que tu ne souhaites pas qu'on étale ici , des choses qui relèvent de l'intérieur du LKP et qui n'ont pas à être exposées publiquement.
je le comprends et c'est légitime.
simplement, d'un point de vue individuel, j'ai dit ce que j'avais à dire"
Ben non justement, même remarque que précédemment. Tu parles d'amalgames nauséabonds, de racisme. Je n'ai aucun tabou mais encore faut-il faut justifier ces attaques si elles ne sont pas gratuites. Je ne suis vraiment pas dans la logique stalinienne qui consiste à considérer comme un ennemi quiconque formule des critiques au mouvement. Tout mouvement a besoin d'être confronté à des critiques pour grandir. C'est pourquoi j'ai par exemple pris la liberté de donner la parole à Jacky Dahomay après ses vives critiques contre le LKP. Je ne partage pas son analyse, néanmoins, elle a sa place dans Chien Créole parce qu'il argumente. Il ne se contente pas de dire: c'est pas bien, c'est des fascistes.

24 octobre 2009 à 10:57  
Blogger Frédéric a dit...

Merci aux autres, @ Cdrhum pour son soutien, @ SA pour Bobby Lapointe et @ thé pour le lien très intéressant.

24 octobre 2009 à 11:01  
Anonymous le visiteur a dit...

si tu veux, mes critiques, c'est davantage par rapport à la manière dont le mouvement guadeloupéen a été perçu en France métropolitaine.
ça a été quelque chose parce que depuis de longues années en France, les énergies militantes ont été cassées.
donc ça a été considéré comme exemplaire. Mais non, ça ne l'est pas, même si c'est légitime.
Mais ça doit encore devenir exemplaire
et ça c'est un autre problème
Tu penses bien que les dirigeants syndicaux ici, toujours avides de faire advenir leur légitimité historique, nous ont encore bourré le mou avec ce "mouvement transcendental", sans faire l'effort de comprendre quedal, en le justifiant comme le résultat de plusieurs siècles de colonisation. Point final et ils s'en lavent les mains.
A la base, ça fait réflèchir ( cf Fakir, le modèle gudeloupéen). Faut que ça continue.

je pense que Jacky Dahomay en Guadeloupe, à ce moment là, a eu raison de faire des critiques ; on peut pas dire qu'il a profité de la situation donc et ses critiques n'étaient pas faciles à faire.

- quand je dis des revendications racistes :
je veux dire par exemple qu'il est facile de se faire pièger dans ce qui est proposé à savoir :
si les entreprises sont défiscalisées, d'accord mais alors elles n'embauchent que des locaux
Non, les entreprises n'ont pas à être défiscalisées, premièrement
et ensuite embaucher seulement des locaux, en profitant du fait que de toutes façons les Antillais qui vont en France sont traités comme des chiens, alors on peut faire pareil avec des non locaux ici
sa pa bon, Man

- gestion de la grève :
je dis, les opérations guerrières des commandos de l'UGTG, sa pa bon
pendant les 44 jours, peu de secteurs étaient réellement en grève et tu le sais, Fred.
tout cela fait le jeu du pouvoir en place.

- amalgames nauséeux dans les revendications :
par exemple, dans la banane, rien à envier à ces connards de la FNSEA en France...
idem à la Sara

je m'arrête. pas le droit de regard au-delà.
j'ai vécu en Guadeloupe. OK.
C'est comme si j'avais vécu en Algérie mais ça me donne pas un droit de regard ni d'ingérence. Non, je le dis.
m'enfin t'as vu ce que ça a donné un certain modèle en Algérie.

bien ton blog
faut parler
et ton post suivant sur le créole , bien
t'es un bon !

24 octobre 2009 à 12:58  
Anonymous thé a dit...

Non, le mouvement a été bien perçu en "métropole".
On n'a pas à donner de "notes".
Par qui cela a été perçu ? Même s'il avait été mal perçu, qu'est-ce que cela changerait ?
Rien à voir avec le fait que les énergies aient été "cassées"
Si critique du LKP, est-ce que cela pourrait être sur des arguments ?
Et, non pas "bien" "pas bien"

25 octobre 2009 à 06:57  
Anonymous le visiteur a dit...

alors j'aurais dû mettre

sa pa DIGNE, peut-être

le mal c'est le fric
c'est ça le démon

25 octobre 2009 à 07:32  
Anonymous le visiteur a dit...

ta remarque tombe à pic, à vrai dire, thé
c'est vrai qu'on est pas dans un lycée à portiques sécurisés !

25 octobre 2009 à 09:29  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur "Tu penses bien que les dirigeants syndicaux ici, toujours avides de faire advenir leur légitimité historique, nous ont encore bourré le mou avec ce "mouvement transcendental", sans faire l'effort de comprendre quedal, en le justifiant comme le résultat de plusieurs siècles de colonisation. Point final et ils s'en lavent les mains."

Alors cher visiteur, plutôt qu'un long discours, je me permets de te renvoyer à cette interview d'Elie, que j'ai réalisée le 12 mars et qui a été reprise en partie dans un tract diffusé à plusieurs milliers d'exemplaires par le NPA lors d'une grosse manif dans l'hexagone :
http://chien-creole.blogspot.com/2009/03/interview-delie-domota.html (faire copier-coller si le lien ne fonctionne pas)

@ visiteur toujours : "si les entreprises sont défiscalisées, d'accord mais alors elles n'embauchent que des locaux
Non, les entreprises n'ont pas à être défiscalisées, premièrement
et ensuite embaucher seulement des locaux, en profitant du fait que de toutes façons les Antillais qui vont en France sont traités comme des chiens, alors on peut faire pareil avec des non locaux ici"
Si je me souviens bien -, tu fais référence à un discours concernant Fort Royal, un hôtel suédois bénéficiant en effet de la defiscalisation, (disposition qu'on nous a vendu comme créatrice d'emplois) et où aucun employé n'est Guadeloupéen, si je ne dis pas de bêtises. Il ne s'agissait pas tant de n'embaucher que des locaux mais au moins d'en embaucher ! Sans compter que comme il était rappelé dans un précédent article, les hôteliers sont exempts de tout en Guadeloupe : TVA, charges sociales, taxe professionnelle, etc, etc. Il est juste de dénoncer les entreprises qui empochent le fruit de ces avantages sans en contrepartie contribuer un minimum au développement économique locale par l'embauche.
Ceci dit, je suis d'accord avec toi pour dire que la défiscalisation ne profite qu'aux exploiteurs et qu'on devrait la supprimer. J'ai déjà entendu Domota le dire aussi.

Mais c'est certain que la plateforme de revendications ne va pas assez loin. J'ai déjà souligné l'absence de la mention "a compétence égale" pour la priorité d'embauche aux locaux, je pourrais aussi parler de cette revendication qui me fait bondir et qui demande de détaxer les engrais et fertilisants ! Ce mouvement n'est pas parfait mais globalement, il fait un énorme pas dans la bonne direction.

25 octobre 2009 à 12:04  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur, tu écris :"- gestion de la grève :
je dis, les opérations guerrières des commandos de l'UGTG, sa pa bon"

J'ai dans un article précédent expliqué que le droit de travailler ne pouvait être respecté tant que le droit de grêve ne le serait pas dans les faits. je m'explique : la loi garantit le droit de grève, très bien. Mais on assiste à une précarisation sans précédent des travailleurs: CDD, contractuels et contrats aidés en tout genre sont le lot d'un nombre croissant d'employés. Ceux-là ont légalement le droit de faire grève seulement ils sont certains de se retrouver sur une black liste à l'arrivée ou du moins de ne pas se voir renouveler leur contrat.
Le LKP, dans sa liste de revendications, réclame la fin de ces contrats précaires qui fragilisent les droits des travailleurs. Contraindre les entreprises à fermer "en solidarité" n'est pas l'idéal mais je peux témoigner du fait que certains employés, pas tous, nous remerciaient car ils voulaient faire grève mais ne pouvaient pas se le permettre.

Maintenant, reste la manière. Les membres de l'UGTG ne sont pas tous très fin, j'en conviens et c'est regrettable. De là à parler de commandos et d'opérations guerrières, je préfère en sourire !

Concernant les revendications elkapistes à propos de la banane, je t'avoue n'avoir pas suivi ce point (on peut pas tout suivre). Si tu pouvais nous expliquer. Merci

Merci enfin pour les compliments mais pour l'article sur le créole, c'est Confiant qu'il faut féliciter, pas moi ! ;)

25 octobre 2009 à 12:19  
Anonymous le visiteur a dit...

- tu écris
"J'ai déjà souligné l'absence de la mention "a compétence égale" pour la priorité d'embauche aux locaux"

Il faut aussi préciser que la fonction publique donne déjà une "préférence" aux originaires.

mais concrétement, on devrait pouvoir rester dans cette île si on s'y plaît
s'il faut commencer à se trouver une bonne justification pour y rester
personnellement, ça me pose un problème
c'est forcé

quelqu'un peut très bien avoir des compétences importantes et partir car il ne supporte plus les tensions sur l'île.

mais bien entendu, c'est la formation qui est importante.
Mais ceux qui ont le pouvoir économique font passer ça au second plan, parce qu'ils ne pensent qu'au business et au fric,
et ça c'est mondial.

- sur la banane
l'ancien recteur Chardon connaissait bien la question.
A chacun de prendre ses responsabilités aujourd'hui
La nouvelle pub pour la banane communautaire, on y a droit en France, et on entend plus parler du chlordécone
On est donc bien partis pour tous crever.
Bien sûr, je suppose que là encore, vu de Guadeloupe, c'est de la faute aux cons qui ont cru que la banane allait développer la Guadeloupe , y compris toi et moi, ça va de soi
Mais la pub dit : faut bien traiter la banane, alors....
je te cacherais pas que j'y comprends plus rien non plus.

- sur la gestion de la grève
ta réponse , OK
donc y'a pas eu grève générale, on est d'accord.


- super la chute de ta réponse

bon courage.

25 octobre 2009 à 13:19  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur, tu écris "Il faut aussi préciser que la fonction publique donne déjà une "préférence" aux originaires. mais concrétement, on devrait pouvoir rester dans cette île si on s'y plaît s'il faut commencer à se trouver une bonne justification pour y rester personnellement, ça me pose un problème"

Tu as raison pour la fonction publique mais ce n'est pas propre à la Guadeloupe, c'est vrai n'importe où en France, qu'on le déplore ou pas. Pour te deonner un exemple parlant, ce que le LKP dénonce, je pense à juste titre, c'est qu'alors qu'il y a de jeunes diplômés compétents sur l'île, les annonces pour les embauches de cadres, c'est souvent à Paris qu'elles sortent. Résultat des courses, le jeune qui a fait des études pour réussir sa vie et accessoirement contribuer au développement de son île se retrouve au chômedu ou contraint à s'exiler (dans les conditions que tu expliquais dans un précédent billet). Il aimerait bien pourtant rester dans son île lui-aussi, où il se plaît certainement, plutôt que de se retrouver dans une sordide banlieue parisienne ou londonienne, tu ne crois pas? Je reprends ton argumentation et constate avec toi qu'il y a donc effectivement un problème.

Il s'agit que ces jeunes ne soient plus discriminés; ça ne signifie pas qu'il ne doit y avoir que des locaux, juste que chacun ait sa chance, sa place. Ca ne me paraît pas excessif comme revendication...

La tension, elle, naît de la frustration de cette jeunesse marginalisée, du sentiment d'injustice. Les mesures du LKP visent à détruire ce malaise, mais en s'attaquant à ses racines sociales, pas en se plongeant la tête dans le sable et en disant il n'y a pas de problème.

Tu évoques la formation, c'est un des chevaux de batailles du LKP et au jour d'aujourd'hui, c'est l'objet d'une importante promesse non-tenue faite par le gouvernement.

Sur la banane, ben oui, je comprends ce que tu veux dire mais par contre j'ai toujours pas pigé le rapport avec le LKP car je crois me souvenir que tu avais parlé d'amalgames nauséeux dans les revendications ou quelque chose comme ça. Le scandale du chlordécone et ses suites est en revanche un des points que le LKP met fortement en avant.

Tu dis "- sur la gestion de la grève, ta réponse , OK, donc y'a pas eu grève générale, on est d'accord." j'apprécie tjrs autant ton sens du raccourci mais j'aimerais que tu me cites une seule grève générale dans l'histoire où spontanément 100 % des travailleurs se sont arrêtés de taffer, sans piquet de grève. Si t'en connais une, ça m'intéresserait sacrément de l'étudier... ;)

25 octobre 2009 à 14:21  
Anonymous le visiteur a dit...

- dis-moi, les cadres, c'est pas ça mon problème;
les cadres qu'ils se démerdent, ils s'en sortiront toujours ou alors se suicideront parce que le peuple est "mort".
je te parle pas des cadres.
ni des gens qui se sentent frustrés parce ce qu'ils auraient aimé exercer le pouvoir. c'est pas ça qui m'intéresse.

- ce qui m'intéresse, c'est la justice pour ceux qui ne sont pas dans les magouilles de droite ; qui ne vont pas chercher à tout obtenir à l'arraché.
tu dis que je fais des raccourcis ; mais faudrait que t'arrête de me prendre pour THE soixante huitard attardé, stp.

- quand je te parle de formation, c'est par exemple pour favoriser le développement d'un artisanat et d'un savoir faire sur place où tu observeras sans difficulté que tout est surfait.
ça se mélange pas avec des revendications nauséeuses pour les cadres !
De toute façon, le problème, c'est que la plupart des Antillais se voient costard-cravate bling bling à se la péter.
ils pensent qu'à leur baraque et à leur bagnole comme ces veaux de Français.
Ceux-là se situent pas aux côtés des classes populaires.
c'est quoi cette mentalité ?
je sais pas comment, mais faut changer ça !
ça se démarque pas assez de la métropole cette mentalité.
le jour où ça sera le cas, là on pourra trouver qu'il y a quelque chose d'exemplaire.

25 octobre 2009 à 23:49  
Blogger Frédéric a dit...

Pop pop pop pop pop ! Avant toutes choses sache que j'ai le plus grand respect pour les soixante huitards attardés comme tu dis. J'étais pas né en 68 et je ne sais pas si THE l'était mais je trouve admirables tous ceux qui contre vents et marées n'ont pas renié leurs idéaux, surtout quand je vois toute la clique de faux-derches devenus au mieux bobos, au pire grands patrons voire pseudo-écolos libéraux.

Alors concernant le développement d'un artisanat et plus généralement d'un développement local, c'est précisément ce pour quoi se bat le LKP, que l'accent soit mis sur le développement endogène de l'île, chose qui n'a jamais été faite depuis Colbert...

Dans la logique du développement endogène, le LKP appelle à un changement du mode de consommation actuel que comme toi ils fustigent. Je t'invite à relire mes interviews d'Alex Lollia à ce propos, du plus grand intérêt : http://chien-creole.blogspot.com/2009/01/entrevue.html (fais un copié-collé si le lien ne fonctionne pas)
En fait, plus je te lis et plus je me rends compte que comme pas mal, tu es tout à fait sur la ligne du LKP mais tu es resté bloqué sur la vision de l'UGTG vieille école. Celui-ci a énormément évolué depuis et qui plus est, il n'est qu'une composante du mouvement, certes importante, mais loin d'être exclusive.

Enfin, je t'invite à lire (relire?) le manifeste des 9 intellectuels antillais : www.all4all.org/2009/06/3512.shtml
Voyons si tu y trouves quelque chose d'exemplaire ;)

26 octobre 2009 à 07:26  
Anonymous le visiteur a dit...

je te remercie pour les liens auxquels tu prends la peine de me renvoyer.
j'ai relu le manifeste des 9
bon
beaucoup de mots
- imagine 2 minutes quelqu'un qui parle avec peu de mots :
il te dirait d'emblée :
faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger

- imagine un gars dans les balkans , dans l'ex-yougoslavie
imagine que tu lui sortes que il faut désormais qu'il ne fasse que des choses pour son plaisir
A mon avis, il va se demander d'où tu sors parce qu'il a déjà un maximum le sens de l'effort

je me dis que quelqu'un qui a peu de mots pour parler et qui a appris à vivre, doit trouver ce manifeste vulgaire, en fait
et se demander s'il est pas dans une cage aux folles ( et j'ai rien contre les folles, je précise)
et le mec qui garde des brebis, il doit vraiment se dire :
mince alors, je peux vraiment compter que sur mon border colie !

Ds ce manifeste, je lis
" Politique ne serait pas réduit à la gestion des misères inadmissibles ni à la régulation des sauvageries du "Marché"
alors si tu le permets, j'existe aussi en dehors du LKP
alors ma vision vieille école de l'UGTG, pas question que je la change
évoluer, c'est donc pas mon problème mais celui de l'UGTG.
( et même que si j'en entendais plus parler, ce serait bon signe)

26 octobre 2009 à 09:36  
Anonymous thé a dit...

Moi aussi, je viens de lire le manifeste, l'ai trouvé et très beau et très juste.

Visiteur, pour dialoguer, il faut un minimum de mots mais aussi un minimum de réflexion.
Ce n'est pas parce que la Macédoine faisait partie de l'ex-Yougoslavie qu'un discours est autorisé à tout mélanger.
Relis le manifeste. Chacun peut s'y retrouver, il me semble, appartenant au LKP ou non, Guadeloupéen ou non.

27 octobre 2009 à 00:29  
Anonymous le visiteur a dit...

je crois que je viens de me prendre une horreur en pleine tronche

je voulais juste vérifier si y'en a qui suivaient ici dedans.

bon.

27 octobre 2009 à 07:33  
Blogger Frédéric a dit...

@ visiteur, j'ai l'impression qu'on arrive à la fin de cette discussion, du moins concernant ce billet, j'espère qu'il y en aura d'autres par ailleurs. Le manifeste des 9 visaient à te montrer que tous les Antillais n'avaient pas pour idéal le "costard-cravatte bling bling" mais j'espère ne pas t'avoir offensé puisque tu trouves la poésie et l'enchantement du monde vulgaires.

Tu dis, "alors ma vision vieille école de l'UGTG, pas question que je la change
évoluer, c'est donc pas mon problème mais celui de l'UGTG.
( et même que si j'en entendais plus parler, ce serait bon signe)" : j'y vois le signe d'un esprit sectaire, enfermé dans ses certitudes et très heureux de ça. Si tu n'es pas disposé à évoluer, je vais devoir te laisser car moi j'ai fait le choix d'avancer.

J'ai pas bien compris non plus ce que venait faire la cage aux folles et le fait que tu n'aies rien contre les folles dans ce débat d'idées par contre j'avoue avoir beaucoup ri au trait d'esprit de THE concernant la Macédoine. Du grand art, mon cher THE.

Mais puisque les balkans semblent t'intéresser et pour rester en bons termes, je t'invite à découvrir les photos que j'ai prises en ex-Yougoslavie il y a deux ans (Serbie, Kosovo et Bosnie) http://picasaweb.google.com/bourlingue/PRipleBalkans2007#
Au plaisir de te relire à l'occasion d'un autre billet.

28 octobre 2009 à 08:08  
Blogger Frédéric a dit...

(oui je sais y en a qui ont réponse à tout, moi j'ai des liens pour tout ! ;) )
PS: au fait, j'ai pas vu l'horreur dans ta tronche (cf "je crois que je viens de me prendre une horreur en pleine tronche") pourtant je suis attentivement.

28 octobre 2009 à 08:12  
Anonymous le visiteur a dit...

je voulais dire le plat de macédoine de légumes

faut imaginer un plat de macédoine de légumes qui vole.
c'était une fin théatrale.

28 octobre 2009 à 09:57  

Enregistrer un commentaire

Attention, la teneur de vos commentaires ne saurait engager la responsabilité de l'administrateur de ce blog. Les messages anonymes encourent le risque d'être supprimés, ainsi que les messages insultants, diffamatoires, racistes ou incitant à la haine. Pas de pub non plus. Merci à tous !

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil